La Fémis : une nouvelle structure pour l’enseignement du cinéma

Fondation de la Fémis

La Fondation européenne des métiers de l’image et du son, dite Fémis, est fondée en 1986 sous la forme d’une association loi 1901. Elle prend la suite de l’Institut des hautes études cinématographiques (IDHEC) et est installée au Palais de Tokyo sous la présidence de Jean-Claude Carrière de 1986 à 1996. Le rapport Bredin de 1984 pose les principes de la formation dispensée, dans la lignée de l’IDHEC post mai 1968 : il s’agit d’un enseignement pluridisciplinaire gratuit tourné vers le monde professionnel au sein de sept départements, d’une durée de de trois ans et accessible au niveaux bac +2. En 1993, une nouvelle filière scripte est crée.

Restructuration

Suite à plusieurs crises au sein de la fondation, le décret n°98-371 du 13 mai 1998 portant statut de l’École nationale supérieure des métiers de l’image et du son marque le remaniement de la Fémis et sa transformation en École nationale supérieure des métiers de l’image et du son (tout en conservant son nom de “Fémis”) sous la forme d’un établissement public à caractère industriel et commercial — lui permettant de mener ses propres activités économiques — placé sous la tutelle du ministère de la Culture. Quatre missions sont désormais confiées à la Fémis :

De dispenser, en liaison avec les milieux professionnels, une formation initiale et continue dans les domaines du cinéma, de la télévision et de toute autre forme de communication et d’expression audiovisuelle et de délivrer un diplôme d’enseignement supérieur ;

De promouvoir et diffuser la culture cinématographique et audiovisuelle ainsi que la recherche théorique, artistique et technique dans les domaines de l’image et du son ;

De coopérer par la voie de conventions avec des institutions et établissements français ou étrangers poursuivant des buts similaires ou connexes et d’établir des relations régulières avec les écoles spécialisées à l’étranger ;

De concevoir, réaliser, produire, éditer et diffuser tout document pédagogique, artistique, technique ou scientifique intéressant les métiers de l’image et du son, et notamment les oeuvres et documents audiovisuels réalisés dans le cadre de l’activité pédagogique de l’établissement.

Décret du 13 mais 1998, article 1er

L’École déménage alors pour un an et demi dans les studios de la Plaine Saint-Denis, en attendant la rénovation des studios Pathé du 6 rue Francoeur à Paris. Ce dernier déménagement est l’occasion d’introduire les nouvelles technologies numériques dans la formation. L’École multiplie alors les partenariat nationaux et internationaux avec d’autres établissements, propose des stages professionnels, et inaugure en 2003 la filière distribution-exploitation.

Entrée de la Fémis1

Enseignement

Formation initiale

La formation initiale se déroule en quatre ans. L’admission se fait à partir du niveau bac +2, sur concours.

Au cours de la première année, un enseignement commun à tous les élèves est dispensé. Il est axé autour d’exercices pratiques : des initiations au documentaire au premier semestre, et la réalisation d’un film par élève d’une dizaine de minutes tout en collaborant aux projets des autres élèves à différents postes (cadrage, son, décor etc.) au second semestre.

Les élèves se spécialisent au cours des deuxième et troisième années dans l’un des sept départements de l’École : réalisation, image, son, montage, décor, production et scénario. Les élèves participent à des films communs, chacun occupant l’un des postes nécessaires à sa réalisation.

La dernière année est consacrée au TFE — travail de recherche personnelle — qui prend la forme d’un film pour les départements réalisation, montage, image, son et décor, d’un script de long métrage pour le département scénario et d’un mémoire pour les départements production, image et son. Une projection à la Cinémathèque française de ces films conclut la formation des élèves.

Un partenariat de longue durée avec le Conservatoire national d’art dramatique (CNSAD) permet tout au long du cursus aux élèves de chaque école de travailler ensemble.

Plateau de tournage de la Fémis2

Autres formations

L’École propose également :

  • des ateliers de formation continue à destination des professionnels,
  • une université d’été en partenariat avec le ministère des affaires étrangères à destination de jeunes étudiants étrangers ou professionnels de moins de 30 ans,
  • deux programmes pour l’égalité des chances , l’un pour sensibiliser les lycéens au concours d’entrée, l’autre pour préparer des étudiants boursiers ou issus de l’éducation prioritaire au concours,
  • l’atelier Ludwigsburg-Paris, avec l’académie du film du Bade-Wurtemberg, pour les jeunes producteurs issus de l’Union européenne,
  • un doctorat par an,
  • le programme la Résidence pour quatre réalisateurs de moins de 30 ans auteurs d’un court métrage et ne pouvant se présenter au concours.
  1. Crédit photo : Par TwoWings — Travail personnel, Domaine public []
  2. Crédit photo : Par TwoWings — Travail personnel, Domaine public []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
mvetter (12 mars 2021). La Fémis : une nouvelle structure pour l’enseignement du cinéma. Guides des sources HPCA. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/p8nf


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search